La création d’une SARL et les contrats de cession de droits à l’image : aspects juridiques

La création d’une Société à Responsabilité Limitée (SARL) implique de nombreuses démarches administratives et juridiques, notamment en matière de cession de droits à l’image. Cet article explore les différentes étapes de la création d’une SARL et les aspects juridiques liés aux contrats de cession de droits à l’image.

Étapes clés de la création d’une SARL

Avant toute chose, il est important de connaître les étapes clés qui jalonnent la création d’une SARL. Les voici :

1. Rédaction des statuts : Les statuts constituent le socle juridique de la société. Ils déterminent notamment l’objet social, le capital social, la répartition des parts sociales, ainsi que le fonctionnement et la gouvernance de la société.

2. Immatriculation au Registre du Commerce et des Sociétés (RCS) : Une fois les statuts rédigés et signés par tous les associés, il convient d’enregistrer la société auprès du RCS pour obtenir un numéro SIRET et un extrait Kbis.

3. Publication dans un journal d’annonces légales : La création d’une SARL doit obligatoirement être publiée dans un journal habilité à recevoir des annonces légales dans le département du siège social.

4. Ouverture d’un compte bancaire professionnel : Il est nécessaire d’ouvrir un compte dédié à l’activité de la société et d’y déposer le capital social, qui sera bloqué jusqu’à l’immatriculation de la SARL.

5. Nomination du gérant : La SARL doit avoir un gérant, qui peut être l’un des associés ou une personne extérieure à la société. Sa nomination doit être inscrite dans les statuts et faire l’objet d’une publicité légale.

A lire  Quels sont les droits fondamentaux d’un sans papier en France ?

Les contrats de cession de droits à l’image

Dans le cadre de son activité, une SARL peut être amenée à conclure des contrats de cession de droits à l’image. Il s’agit d’accords par lesquels une personne physique (le cédant) autorise une personne morale (le cessionnaire) à utiliser son image, en contrepartie d’une rémunération ou d’une autre forme de compensation. Ces contrats sont soumis à plusieurs règles juridiques et doivent respecter certains principes fondamentaux.

Le consentement du cédant

Pour qu’un contrat de cession de droits à l’image soit valide, le consentement du cédant est primordial. En effet, toute personne dispose d’un droit exclusif sur son image et peut en interdire l’utilisation sans son autorisation expresse. Le consentement doit donc être libre et éclairé, ce qui implique que le cédant a pris connaissance des conditions générales du contrat et qu’il en accepte les termes.

La rémunération du cédant

La rémunération du cédant constitue l’une des principales contreparties de la cession de droits à l’image. Elle doit être déterminée en tenant compte de plusieurs critères, tels que la notoriété du cédant, la durée et l’étendue de l’utilisation de l’image, ainsi que les bénéfices escomptés par le cessionnaire. La rémunération peut prendre différentes formes : versements périodiques, forfait global, pourcentage sur les ventes ou encore avantages en nature.

La durée et l’étendue de la cession

Un contrat de cession de droits à l’image doit préciser la durée et l’étendue de l’autorisation accordée au cessionnaire. La durée peut être limitée (par exemple, un an) ou illimitée, tandis que l’étendue peut concerner un territoire géographique spécifique (local, national ou international) et/ou un support particulier (papier, numérique, audiovisuel). Il est également possible d’inclure une clause d’exclusivité, qui interdit au cédant de céder ses droits à d’autres personnes pour la même utilisation.

A lire  Retrait de permis pour excès de vitesse : comprendre et réagir

Les obligations du cessionnaire

Le cessionnaire, quant à lui, doit respecter certaines obligations. Il doit notamment veiller à ne pas porter atteinte à la dignité du cédant ni à sa vie privée. De plus, il doit s’assurer que l’utilisation de l’image est conforme à l’objet du contrat et qu’elle ne nuit pas à la réputation du cédant. En cas de manquement à ces obligations, le cédant peut demander la résiliation du contrat et/ou des dommages-intérêts.

En résumé, la création d’une SARL nécessite de respecter plusieurs étapes clés, dont la rédaction des statuts, l’immatriculation au RCS et la nomination d’un gérant. Par ailleurs, les contrats de cession de droits à l’image sont soumis à des règles juridiques strictes, notamment en ce qui concerne le consentement du cédant, sa rémunération, ainsi que la durée et l’étendue de la cession. Il convient donc d’être particulièrement vigilant lors de la conclusion de tels accords pour éviter tout litige ultérieur.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*