Les droits des actionnaires en redressement judiciaire : ce que vous devez savoir

Le redressement judiciaire est une procédure complexe qui peut être source d’inquiétudes pour les actionnaires d’une entreprise. Il est essentiel de comprendre les droits et les obligations des actionnaires dans ce contexte afin de mieux appréhender les enjeux et prendre les décisions appropriées. Cet article fait le point sur les principaux aspects du redressement judiciaire et leurs implications pour les actionnaires.

Qu’est-ce que le redressement judiciaire ?

Le redressement judiciaire est une procédure collective destinée à sauvegarder l’entreprise, à maintenir l’activité, l’emploi et à apurer le passif. Elle concerne les entreprises en cessation des paiements, c’est-à-dire celles qui ne peuvent plus faire face à leurs dettes avec leur actif disponible. Le tribunal de commerce ou le tribunal de grande instance compétent est saisi par le débiteur lui-même ou par un créancier.

Les différents acteurs du redressement judiciaire

Dans le cadre d’un redressement judiciaire, plusieurs acteurs interviennent pour assurer la bonne conduite de la procédure :

  • Le juge-commissaire, qui veille au bon déroulement du redressement et à la protection des intérêts des parties prenantes.
  • L’administrateur judiciaire, désigné par le tribunal pour représenter les créanciers et assister l’entreprise dans la gestion de ses affaires.
  • Le mandataire judiciaire, chargé de représenter et défendre les intérêts des créanciers et de procéder à la liquidation des biens du débiteur si nécessaire.
A lire  Les enjeux juridiques de la monétisation de l'achat de followers sur Instagram

Les actionnaires, quant à eux, sont des parties prenantes indirectes de la procédure. Leurs droits sont encadrés par la loi et dépendent notamment du stade d’avancement du redressement judiciaire.

Les droits des actionnaires durant la période d’observation

La période d’observation est une phase préliminaire du redressement judiciaire qui dure généralement six mois, renouvelable une fois. Durant cette période, l’entreprise continue son activité normalement, sous le contrôle de l’administrateur judiciaire. Les actionnaires conservent leurs droits habituels, notamment :

  • Le droit à l’information : ils doivent être informés régulièrement de la situation de l’entreprise et des décisions importantes qui sont prises.
  • Le droit de vote en assemblée générale : ils peuvent participer aux décisions collectives relatives à la gestion de l’entreprise et à la poursuite ou non du redressement judiciaire.
  • Le droit au dividende : en cas de bénéfices réalisés pendant la période d’observation, les actionnaires peuvent percevoir un dividende, sous réserve que celui-ci ne compromette pas le redressement de l’entreprise.

Cependant, il convient de noter que ces droits peuvent être limités par les décisions du juge-commissaire ou de l’administrateur judiciaire, dans l’intérêt du redressement de l’entreprise.

Les droits des actionnaires après l’adoption d’un plan de redressement

Si un plan de redressement est adopté à l’issue de la période d’observation, les actionnaires conservent en principe leurs droits. Toutefois, le plan peut prévoir des mesures affectant leurs intérêts, telles que :

  • La réduction du capital social : cette mesure peut être nécessaire pour assainir la situation financière de l’entreprise et faciliter sa restructuration. Elle entraîne une diminution de la valeur nominale des actions et peut donc impacter la valeur du portefeuille des actionnaires.
  • La conversion de créances en capital : cette opération consiste à transformer une partie des dettes de l’entreprise en actions nouvelles, émises au profit des créanciers. Elle dilue les droits des actionnaires existants et peut également affecter la valeur de leurs titres.
  • L’émission d’actions nouvelles : le plan peut prévoir une augmentation de capital par apport en numéraire ou en nature, afin d’améliorer la solvabilité de l’entreprise. Les actionnaires ont un droit préférentiel de souscription aux actions nouvelles, mais s’ils ne souscrivent pas, leur participation dans le capital sera diluée.
A lire  Le bail caduque et le droit à l'indemnisation pour troubles de jouissance

Enfin, il est important de souligner que les actionnaires peuvent être tenus responsables des dettes sociales si leur faute a contribué à la cessation des paiements. Leur responsabilité est alors engagée sur leur patrimoine personnel, dans la limite de leur apport au capital social.

Les droits des actionnaires en cas de liquidation judiciaire

Si le redressement judiciaire est impossible ou si le plan de redressement échoue, l’entreprise peut être placée en liquidation judiciaire. Dans ce cas, les droits des actionnaires sont fortement réduits :

  • Le droit à l’information subsiste, mais il est limité aux informations relatives à la procédure de liquidation.
  • Le droit de vote en assemblée générale disparaît, car l’entreprise est dissoute et n’a plus d’organe de décision.
  • Le droit au dividende est également supprimé, puisqu’il n’y a plus de bénéfices à distribuer.

Les actionnaires ne peuvent prétendre à aucun remboursement de leur apport en capital tant que les créanciers n’ont pas été intégralement désintéressés. En pratique, il est rare que les actionnaires récupèrent une partie significative de leur investissement en cas de liquidation judiciaire.

Dans ce contexte particulièrement délicat qu’est le redressement judiciaire, les actionnaires doivent être vigilants quant à leurs droits et aux conséquences des différentes étapes de la procédure sur leur situation personnelle. Il est recommandé de se rapprocher d’un avocat spécialisé pour bénéficier d’un accompagnement juridique adapté et sécuriser au mieux ses intérêts.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*